Nouveautés

Toutes les nouveautés

En promo

Tous les produits en promotion

Meilleures ventes

Toutes les meilleures ventes

Derniers avis

Par GRODET D. (Courtenay, France) le 01 Mars 2021 :

(5/5) 

Produit évalué : Bouchon femelle FIN 2" pas gaz NPS conforme

Par - S. (Tournissan, France) le 01 Mars 2021 :

(5/5) 

Produit évalué : Sachet graines LES TROPICALES - Concombre Poinsett Très satisfait

Par - S. (Tournissan, France) le 01 Mars 2021 :

(5/5) 

Produit évalué : Sachet graines LES TROPICALES - Concombre BETH ALPHA Très satisfait.

Jardinage automne : comment ramasser et utiliser les feuilles mortes

Publié le : 20/11/2020 16:24:27
Catégories : Conseils

Jardinage automne : comment ramasser et utiliser les feuilles mortes

Jardinage automne : comment ramasser et utiliser les feuilles mortes ?

Quand on voit les tas de feuilles mortes s’accumuler aux quatre coins du jardin, on peut facilement se décourager de les ramasser… À moins de penser aux diverses manières de les réutiliser ! Voici quelques idées pour vous motiver.

Ramasser les feuilles mortes, pourquoi est-ce nécessaire ?

On peut être tenté de les laisser se décomposer à l’endroit où elles sont tombées… Et pourtant, c’est une mauvaise idée ! Déjà, parce qu’au-delà de leur aspect inesthétique, elles forment une couche compacte de matière organique pouvant priver les végétaux du jardin d’air et de lumière (notamment le gazon, qui risque ainsi de prendre une fâcheuse couleur jaune).

Mais aussi, parce qu’elles peuvent être toxiques – comme la feuille morte du noyer –, porteuses de maladie telles que l’oïdium ou les tâches noires, ou source de danger par temps de pluie tant elles sont glissantes une fois tombées sur une cour ou une allée pavée.

Si vous devez en ramasser de nombreuses, pensez à les réunir au centre d’une bâche ou d’un grand drap, avant d’en attacher les coins ensemble pour pouvoir les transporter plus facilement à l’endroit où vous comptez les utiliser.

Ramasser les feuilles mortes, mode d’emploi

Plusieurs outils permettent de ramasser les feuilles mortes dans les règles de l’art. On compte parmi eux :

  • Le balais à gazon qui ressemble à un râteau aux dents longues, dont l’avantage est de ne pas abîmer le gazon. Il s’utilise autant après le passage de la tondeuse pour ramasser les brins d’herbe coupés qu’à l’automne pour rassembler les feuilles mortes ;
  • Le souffleur quiregroupe les feuilles mortes au même endroit de manière à pouvoir les réutiliser plus facilement ensuite, permet à celui qui s’en sert de nettoyer le jardin de ses feuilles mortes en un temps record ;
  • Le souffleur-aspirateur qui stocke les feuilles mortes dans la limite d’un certain volume (en général 40 litres), et permet souvent de broyer directement la matière stockée ;
  • Le balais-ramasseur, qui prend la forme d’un bac de ramassage doté d’un balais rotatif. Souvent onéreux, il convient mieux aux surfaces plus importantes mais nécessite tout de même d’être vidé régulièrement.

Quant à l’effet des feuilles malades, pas d’inquiétude : excepté en cas d’affection extrêmement virulente, vous n’avez pas à vous faire de souci quant à la propagation de la maladie qui les atteint… Vous pouvez donc les laisser parmi les feuilles saines sans inquiétude.

Que faire des feuilles mortes une fois regroupées ?

En tant que matière organique, les feuilles mortes peuvent être utilisées à des fins diverses, parmi lesquelles :

  • La mise en place d’unpaillage d’hiver, destinée à protéger les massifs – plus particulièrement les bulbes fragiles comme les dahlias, ou les vivaces d’été comme les agaçantes – de la rudesse des températures hivernales. Pour cela, n’hésitez pas à former à leurs pieds un paillis bien épais : que les feuilles soient broyées ou non : ce dernier protégera leurs racines en laissant passer l’air, et constituera par la même occasion un abris de choix pour les insectes et les auxiliaires. Si vous vivez dans une région venteuse, n’hésitez pas à recouvrir cette couche de paillis d’un fin grillage fixé au sol (et donc à tasser un peu plus) ;
  • La couverture des sols nus, de manière à ralentir la pousse des mauvaises herbes et à limiter le phénomène de lessivage dû aux précipitations. En plus de limiter le développement des adventices, la couche de feuilles épandues finira par se décomposer et par former une matière organique qui enrichira la terre, stabilisera le sol et offrira là aussi un abri à la pédofaune qui s’y développe. Pensez à épandre les feuilles avant les premières gelées si vous espérez que les feuilles se décomposent ;
  • L’enrichissement du compost, une fois les feuilles broyées. Si vous disposez d’un souffleur-aspirateur doté d’un broyeur, utilisez-le afin d’obtenir une matière prête à rejoindre le composteur. Vous pouvez y ajouter les dernières tontes de pelouse de l’automne si vous les avez conservées – ou dans le cas où il n’y a pas beaucoup de feuilles mortes, passer la tondeuse sans les ramasser et ajouter directement la tonte au compost.

Comment garder un compost équilibré ?

Certes, les feuilles mortes constitueront un très bon apport à votre compost… Néanmoins, faites attention à préserver l’équilibre de ce dernier entre matières carbonées et azotées : les feuilles mortes étant riches en carbone, vous devrez impérativement veiller à les mélanger à des matériaux riches en azote. Pensez aussi à ajouter des déchets verts de cuisine, du purin d’ortie ou des feuilles de consoude afin d’activer l’ensemble.

Si vous le mélangez régulièrement, ce compost devrait constituer au bout de quelques mois un excellent terreau, autant pour vos massifs que pour votre potager – particulièrement pour les végétaux gourmands en nutriments comme les tomates. Alors, paré et motivé pour ramasser ?!

Rendez-vous sur notre site Multitanks pour retrouver tous nos articles de jardinage !

Partager ce contenu

Ajouter un commentaire

 (avec http://)